logo

François Bel

  • Spray in two parts with bubbles, acrylic glass, 40cmx12cmx12cm
  • Adios Trump, le goudron et les plumes, 30x14x10cm
  • Warhology Turquoise Caps acrylic glass,43x14x10cm
  • O'Clock Gousset Or 300x100x100
  • Warhology Red-White and Yellow, 430x140x100
  • Grand ecran, 40x12x12cm
  • o clock, 30x10x10cm
  • AI, 40x12x10cm
  • Tube de peinture verten 25x6x6cm (3)
  • Spray two parts orange, 40X12X12cm
  • Warhology falling bubbles green43x14x10
  • réveil noir, 40x14x10cm
  • Pentax 50X20X10cm

Télécharger le catalogue

D’origine lyonnaise, François Bel est un artiste multiple. Aussi à l’aise en peinture, qu’en sculpture ou dans la mise en place d’installations, son oeuvre est aussi éclectique que ses inspirations. Bercé par le Street-Art, auquel il emprunte le système de répétition et de déclinaison, l’artiste s’intéresse tout autant à des mouvements dits du « nouveau réalisme » dans lesquels il se reconnait, comme le Dada ou le Pop-Art, qui détournent les objets du quotidien pour mieux critiquer la société de consommation actuelle, à l’image des readymade de Duchamp.

Travaillant tour à tour le fil de nylon pour ses suspensions et le fil de fer pour ses sculptures, François Bel se réapproprie chaque matériau. Jouant sur l’idée de cloisonnement, en enfermant certaines de ses sculptures dans du grillage, l’artiste dénonce une fois de plus la société contemporaine, tant dans son individualisme que dans son matérialisme. Ainsi chaque médium sert une démarche à la fois artistique et philosophique. Ses petits « Big Bang » incrustés dans du cristal de synthèse, comme figés dans l’instant de grâce ultime de l’explosion, nous interrogent sur le temps qui passe, se consume et nous survit, indéniablement. Dans une société où tout va de plus en plus en vite, et où l’homme contrôle bien des choses, l’artiste François Bel cristallise le rêve de chacun, en arrêtant  un instant le temps dans ses oeuvres. Mêlant frustration, fascination, ses sculptures sont le reflet de notre civilisation, de nos colères et de nos révoltes emprisonnées, claustrées, dans des contextes économiques, culturels, sociaux et politiques