logo

Sylvie Marillaud

  • Un soir d'été, technique mixte sur transfert photographique sur bois, 1/1, 60x100cm, Sylvie Marillaud
  • Un soir d'été, technique mixte sur transfert photographique sur bois, 1/1, 60x100cm, Sylvie Marillaud.jpg
  • Un soir d'été, technique mixte sur bois, 60x100cm, Sylvie Marillauda
  • Un soir d'été, technique mixte sur bois, 60x100cm, Sylvie Marillaud.jpgm
  • Recolte de coton, technique mixte sur bois, 60x100cm, Sylvie Marillaudb
  • Recolte de coton, technique mixte sur bois, 60x100cm, Sylvie Marillaud
  • Recolte de coton, technique mixte sur bois, 60x100cm, Sylvie Marillauda
  • Mon oxygène, technique mixte sur bois, 75x120cm, Sylvie Marillaud
  • Mon oxygène, technique mixte sur bois, 75x120cm, Sylvie Marillaud (2)
  • Mon oxygène, technique mixte sur bois, 75x120cm, Sylvie Marillaud (3)
  • Marais rose, 72x122cm, technique mixte sur transfert photographique sur bois, 1/1
  • Marais rose, 72x122cm, technique mixte sur transfert photographique sur bois, 1/1
  • Marais rose, 72x122cm, technique mixte sur transfert photographique sur bois, 1/1
  • Un jour meilleur, 90x120cm, technique mixte sur transfert photographique sur bois, 1/1
  • Un jour meilleur, 90x120cm, technique mixte sur transfert photographique sur bois, 1/1

L’œuvre de Sylvie Marillaud est vraiment unique, raffinée et poétique.
Née à Poitiers en 1974, c’est à l’âge de 16 ans que Sylvie Marillaud s’installe sur l’Île d’Oléron, sur la côte atlantique, pour terminer son baccalauréat en études artistiques.

En 1995, Sylvie est admise aux Beaux-Arts de Nantes et étudie à La Sorbonne à Paris pour obtenir ses diplômes d’Etudes des Arts. Pendant ses études, elle expose dans diverses expositions d’art émergent à la galerie Alain Le Bras à Nantes et au Centre d’art contemporain de Toulouse.

A partir de l’an 2000, en parallèle de sa création artistique, Sylvie enseigne l’art dans les écoles puis elle utilise ses talents d’entrepreneure et de graphiste pour créer la marque de vêtements « La Coti » qui honore l’île adoptive qui l’a tant inspirée au fil des ans.

En 2018, Sylvie vend sa marque pour se consacrer exclusivement à l’art.

Depuis ces premières années d’études, Sylvie a poursuivi sa recherche personnelle qui l’a amenée à créer la technique unique qu’elle utilise actuellement.

Tout d’abord, elle photographie le riche environnement extérieur de l’île, qu’elle retravaille numériquement puis qu’elle transfère sur du bois. La pigmentation de l’image s’incruste naturellement dans les grains du bois et commence ainsi son processus créatif basé sur l’application de diverses techniques de peinture. Une fois terminée, l’image finale devient un « mille-feuille » de techniques artistiques qui mêlent la photo à la peinture… ou la peinture à la photo peut-être ? Le genre du médium n’existe plus.

Pourquoi cette bande noire ?

La bande noire qui orne régulièrement le socle des œuvres est directement influencée par l’architecture des maisons de l’île. Typiquement, les façades des maisons de L’île d’Oléron sont peintes en blanc, et ont une bande noire peinte avec du goudron au bas des murs pour protéger de l’humidité. L’éclat du soleil de l’île se pose sur ces murs noirs et blancs et réveille l’intensité de toutes les couleurs environnantes. Cette expérience rétinienne influence la façon dont elle compose son travail.