logo

Brno Del Zou

  • Bordeaux
  • ternes

Brno Del Zou est musicien, photographe, sculpteur, vidéaste, concepteur de logiciels, créateur d’installations vidéo/son/interactives. Après un doctorat en mécanique théorique (1990), un poste d’enseignant-chercheur en information et communication à l’Université de Poitiers (1994- 2006), la création et la direction d’un laboratoire de recherche universitaire sur les apprentissages médiatisés, Brno Del Zou se consacre maintenant exclusivement à ses productions artistiques.

Ses portraits et ses corps, en « Photo-sculptures » ou en animations vidéos, ont fait le tour de la planète et ont inspirés de nombreux artistes. Certaines de ses créations ont été présentées  au Musée du Quai Branly, au Palais de Tokyo, sur des salons internationaux… De son processus de création, l’artiste écrit : «  À la manière des premiers cubistes, un corps, un visage, ou même un paysage, peut être représenté de différents points de vue à la fois sur un même espace plan. Pour ma part, je rajoute une « épaisseur » par rapport à la toile des peintres. Mais le processus est le même, je suis aussi fidèle, peut-être même davantage, au sujet photographié en le représentant sous différents angles, différentes échelles, qu’en utilisant l’unique point de vue de la photographie classique » Les créations vidéographiques de Brno Del Zou procèdent de la même démarche de morcèlement et de reconstruction que ses œuvres plastiques. À la troisième dimension de ses photosculptures – la profondeur – se substitue celle du temps.

Ses dernières recherches portent sur des « Portraits urbains » ou « Paysages imaginaires » qui aboutissent à de véritables reconstitutions poétiques de certains quartiers de villes, de banlieues ou d’espaces naturels. Les fruits de ces recherches prennent forme dans d’audacieuses structures en volume… Chaque maison, chaque parcelle de paysage est fragmentée dès la prise de vues, puis assemblée pour composer une représentation unique, d’un lieu ou d’un espace. Les déformations, les mises en perspectives, les jeux d’échelles donnent à voir une scène ou le spectateur que nous sommes ne sait plus distinguer le réel de l’imaginaire.